Vassily Kandinsky : musicien de la peinture

La période du Bauhaus est celle de sa plus intense production, période qu’il nomme lui-même “un géométrisme lyrique”. Chaque forme, chaque couleur, leur organisation dans l’espace ont une fonction précise. Ses réflexions sont à lire dans “Point, ligne, surface”.
Les trois figures de base, cercle, triangle, carré, s’associent avec les couleurs et constituent un nouvel espace Composition VIII, Jaune-Rouge-Bleu, Accent en rose.

Jaune – Rouge – Bleu (1925), est considéré comme l’œuvre la plus importante de cette période.

Vassily Kandinsky - Jaune-Rouge-Bleu - 1925

Vassily Kandinsky – Jaune-Rouge-Bleu – 1925

La thématique s’opère sur les trois couleurs primaires et leurs correspondances géométriques fondamentales, le triangle, le cercle et le carré. Deux parties s’opposent : à gauche des lignes noires très fines et des couleurs chaudes, légères, évanescentes. A droite des couleurs froides, sombres et des lignes serpentines noires aux traits épais. L’équilibre de ce tableau repose sur les éléments qui se répondent dans un jeu de complémentarité et d’opposition, couleur solaire pour la partie gauche, obscurité lunaire à droite.

À la prise du pouvoir par Hitler en 1933, Kandinsky quitte l’Allemagne et émigre en France, à Paris. En 1939, il devient citoyen français. Il se lie avec Alberto Magnelli, André Breton, Fernand Leger, Juan Miro, Piet Mondrian et son compatriote Marc Chagall. C’est l’heure du bien et de la synthèse de ses découvertes. Il renoue avec un art symbolique, son œuvre prend un nouvel élan. Il intègre à son vocabulaire pictural des formes biomorphiques, inspirées par les macrophotographies des cellules et des tissus qu’il faut regarder avec un microscope, ultime tentative pour dépasser l’abstraction par trop géométrique. Avec Bleu du ciel -1940- il poursuit ses explorations de mondes inconnus.

À propos de Mouvement I -1935- il écrit :

« Si un homme « simple » dit : « Je ne comprends rien à cet art, mais je me sens comme dans un église » , il prouve par là que sa tête n’est pas encore bouleversée. Il ne comprend pas, mais il sent ».

Accord réciproque et Tensions délicates, toutes deux peintes en 1942, sont ses dernières toiles.

Il s’éteint à Neuilly-sur-Seine (France) le 3 décembre 1944. Accord réciproque est accroché dans la chambre mortuaire où de très nombreux fidèles viennent lui rendre un dernier hommage.

« Chaque tableau contient mystérieusement toute une vie, avec ses souffrances, ses doutes, ses heures d’enthousiasme et de lumière » -Du spirituel dans l’art-.

« Peintre de la poésie et du fantastique, il semble toujours y avoir plus d’un tour dans ses toiles. Les jeux d’enfant n’en sont pas exclus, pas plus que la féerie de ces boites à surprise qui s’ouvrent et se referment en vous laissant toujours un secret dans les yeux. Chaque tableau est un « monde en soi ». Son épouse, Nina Kandinsky

Il laisse derrière lui une œuvre abondante : plus de 2.500 peintures, gouaches et aquarelles, mais aussi des gravures, poésies, pièces de théâtre, essais philosophiques, écrits théoriques…
En 1976, soit plus de trente ans après sa mort à Neuilly-sur-Seine, sa seconde femme Nina Kandinsky cède l’intégralité de son œuvre au Centre Georges Pompidou, qui détient à ce jour la plus grande collection du Russe. Elle donnera plus tard le nom de son mari à un prix russe, récompensant les plus belles œuvres d’art contemporain.

 

Pour aller plus loin :

De nombreuses ressources sur le site
dont une vidéo réalisée par le Centre Pompidou à l’occasion de la grande rétrospectif consacré à l’artiste en 2009.

 

Notre sélection d'ouvrages

    • “Kandinsky – Sa vie”   Biographie écrit par Brigitte Hermanan. Passionnante et très documentée. Editeur : Hazan

    • “Wassily Kandinsky” par Hajo Düchting pour les Editions Taschen – Mai 2012 –  EAN 978-3836531498  /  ISBN 3836531496